En Janvier 2008, l’Union africaine (UA) a publié un Plan d’action sur le contrôle des drogues et la prévention de la criminalité (2007-2012). Le Plan d’action reconnait la « nécessité d’adopter une approche exhaustive » visant à « renverser les tendances actuelles relatives à la consommation et au trafic de drogues, au crime organisé, à la corruption, au terrorisme et aux défis de développement socio-économique associés et de sécurité humaine ».

A ce jour, la plupart des gouvernements africains ont focalisé leurs politiques et programmes en matière de drogues sur la pénalisation de la possession et de la consommation de drogues et sur des opérations de maintien de l’ordre à l’encontre des dealers et afin d’intercepter les cargos de drogues. L’ONUDC a lui-même constaté les « conséquences négatives imprévues » d’une telle approche, notamment : « la création d’un marché noir florissant », des ressources importantes utilisées inutilement, une relocalisation des marchés et des problèmes dans de nouveaux pays et un nombre insoutenable de personnes incarcérées ou en détention provisoire.

En Octobre 2012, la Conférence des Ministres responsables du Contrôle des Drogues de l’UA analysera les progrès réalisés à ce jour et devrait adopter un nouveau Plan d’action sur le contrôle des drogues (2013-2017). Nous sommes par conséquent à un moment crucial pour les politiques des drogues dans la région.

Cette note d'incidence politique offre des recommandations détaillées aux responsables politiques alors qu'ils adopteront le Plan d'action sur le contrôle des drogues de l'UA. Le document est disponible ci-dessous en Français et en Anglais.

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.