En Mars 2014, les délégations de pays se réuniront lors de la Commission des Nations Unies sur les stupéfiants (CND) pour examiner les progrès et les défis en matière de contrôle international des drogues depuis l'accord de la Déclaration politique sur les drogues adoptée en 2009.

Étant donné que cette Déclaration politique vise à « éliminer ou réduire significativement » la consommation, l'offre et la demande en drogues contrôlées d'ici 2019, cette réunion représente une occasion importante pour effectuer une évaluation honnête et reconnaître que ces objectifs ne sont pas atteints. Avec une Session Extraordinaire de l'Assemblée Générale des Nations Unies (UNGASS) sur les drogues qui aura lieu dans seulement deux ans, c'est un moment important pour la politique internationale des drogues.

Pour soutenir ces délibérations, l'Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) a publié deux documents importants : une « Contribution du Directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime pour l'examen approfondi de la mise en oeuvre de la Déclaration politique et du Plan d'action sur la coopération internationale en vue d'une stratégie intégrée et équilibrée pour contrer le problème mondial de la drogue », et les « Dispositions sur la politique des drogues dans les conventions internationales relatives au contrôle des drogues ». 

Le changement rhétorique de l’ONUDC (sur la flexibilité des conventions et les politiques fondées sur la santé) est encourageant, mais le débat a besoin d’analyses juridiques plus claires et de conseils normatifs plus approfondis que ce que le document actuel fournit.