Par Adeolu Ogunrumbi

Il est impératif de reformer les politiques des drogues en Afrique de l’Ouest, du fait notamment des effets négatifs du trafic de drogue sur la sécurité, la gouvernance, la santé et le développement humain dans la région.

Le trafic de drogue en Afrique de l’Ouest contribue de manière significative au développement du commerce illicite mondial de stupéfiants, ce qui est d’autant plus vrai que la région sert de zone de transit pour la drogue en provenance d’Amérique latine, qui est ensuite acheminée vers l’Europe et l’Amérique du Nord.

Selon les chiffres des Nations Unies, la valeur de la cocaïne qui transite dans la région par an s’élève à 1,2 milliards de dollars US , soit plus du budget de la sécurité de beaucoup d’Etats ouest africains.

Cette réalité a également d’énormes conséquences sur les économies déjà fragiles des pays de la région, surtout dans le contexte économique actuel où beaucoup de gouvernements doivent faire face à une baisse de leurs revenus.

Les pays ouest africains doivent impérativement reformer leur législation en matière de lutte contre la drogue et adopter une stratégie faite davantage d’investissements, pour des résultats concrets, plutôt que de poursuivre l’approche populaire de la « guerre contre la drogue », qui pendant de longues années est restée inefficace.

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.