Une revue systématique de la littérature parue dans le Lancet HIV met en évidence et avec force, à travers 106 études passées en examen, les effets négatifs de la criminalisation des drogues sur la prévention du VIH et son traitement. Quasi unanimement dénoncée comme contreproductive et dommageable pour 85 études d’entre elles, la criminalisation de l’usage de drogues définie par plusieurs indicateurs clé, y apparaît au contraire comme un facteur aggravant, en particulier chez les usagers de drogues par voie intraveineuse. De quoi inspirer les législateurs et la communauté internationale, soucieux de faire reculer l’épidémie de sida dans le monde.

L'article est disponible ici (accès limité).

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.