Source: Journal de la Police, mars 2016 Edition Politeia 

Pierre-Thomas Collignon, Commissaire  de la Zone de Police Bruxelles-Ouest, a publié un article dans le Journal de la Policede mars 2016  dans lequel il  décrit le travail de terrain de la Zone Bruxelles-Ouest en matière de drogues. Le Commissaire Collignon se déclare favorable à une approche intégrée en matière de drogues et souligne notamment les avantages que peuvent offrir les salles de consommation à moindre risque.

Le travail des services de police nécessite parfois une habilité hors norme. Dans la présente contribution, les lecteurs pourront constater que la lutte contre la consommation de stupéfiants exige des policiers qu’ils atteignent un subtil équilibre entre prévention et répression. C’est dans ce contexte particulier que la ville de Molenbeek-Saint-Jean a envisagé la mise en place d’une salle de consommation de stupéfiants. Pourtant, à ce jour, elle n’a pu se concrétiser. Explications.

La police et la drogue : prévenir ou réprimer?

Le travail de police a ceci de particulier qu’il englobe sous le même képi des tâches de répression (police judiciaire), ainsi que des missions de prévention (article 14 de la loi sur la fonction de police – ci-après LFP) ou d’assistance aux personnes (article 46 LFP).

Concrètement pour la matière qui nous occupe cela veut dire que la même attention doit être portée par la police au trafic de stupéfiants (infraction pénale), à la prévention de la commission de ces infractions (par exemple par des programmes de sensibilisation) ou à l’assistance aux usagers qui se mettent en danger par leur consommation excessive.

Lire l’intégralité de l’article.

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.