Le rapport annuel de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) pour 2013 marque une étape particulière puisqu’il s’agit du quarante-cinquième rapport annuel depuis 1968, date à laquelle a été créé l’OICS conformément à la Convention unique sur les stupéfiants de 1961.

Au cours de cette période, de nouveaux problèmes majeurs ont surgi et des efforts ont été déployés pour s’attaquer au problème mondial de la drogue. Il convient de noter en particulier que presque tous les États ont adhéré à la Convention de 1961, ce qui témoigne de l’attachement des gouvernements au principe de la responsabilité partagée pour garantir l’offre de stupéfiants à des fins médicales et scientifiques tout en empêchant leur détournement et leur abus.

Pour relever les défis qu’a posés par la suite le contrôle des drogues, s’agissant notamment de lutter contre l’abus de substances psychotropes tout en assurant leur disponibilité à des fins médicales, et de lutter aussi contre l’utilisation de produits chimiques dans la fabrication illicite de stupéfiants et de substances psychotropes et contre le trafic de drogues, les États ont créé et adopté les deux autres conventions internationales relatives au contrôle des drogues en vigueur aujourd’hui, à savoir la Convention de 1971 sur les substances psychotropes et la Convention des Nations Unies contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes de 1988 . Ces conventions font également l’objet d’une adhésion quasi universelle.

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.