Par #STOP1921 et SMART on Drugs / Drugs and Society Belgium

La lutte contre l’usage et le trafic de drogues par la voie pénale et judiciaire est l’archétype contemporain du mythe de Sisyphe. Un éternel recommencement.

De plus en plus de voix se font entendre pour sortir du paradigme répressif en vigueur depuis plus d’un siècle et envisager d’autres approches, plus pragmatiques. Outre la réglementation des drogues (ou du moins certaines d’entre elles), la décriminalisation de l’usage de drogues (mettre fin à l’approche punitive à l’encontre des usagers) est une piste concrète.

Plusieurs conférences éclaireront divers aspects de ces perspectives politiques :

Programme

14h Mot d’introduction – intervenant à confirmer

14h15 Tom Decorte, criminologue et coordinateur de l’Institute for Social Drug research (ISD) de l’université de Gand : « Wat valt er te winnen met het decriminaliseren van druggebruik? » (Quel intérêt y a-t-il à décriminaliser l’usage des drogues ?)

14h50 Marie Nougier, Head of Research and Communications à l’International Drug Policy Consortium (IDPC) : « La décriminalisation de l’usage de drogues dans le monde : modèles contrastés »

15h25 Ivana Obradovic, directrice adjointe de l’Observatoire français des Drogues et Tendances addictives (OFDT) : « Bilan de 20 ans de décriminalisation au Portugal »

16h00 Jorn Dangreau, juge de paix, ancien juge au sein de la Chambre de Traitement de la Toxicomanie (CTT) de Gand : « Van repressie tot decriminalisering: een onvermijdelijke evolutie? » (De la répression à la décriminalisation : une évolution inéluctable ?)