Dans le cadre de la série d’ateliers thématiques « Décloisonner la gestion des drogues : vers une approche axée sur le développement », ce troisième atelier explore les défis socio-économiques liés aux réalités de l’économie illicite des drogues sur des terrains allant au-delà de la France métropolitaine.

Appréhender l’objet drogue par le prisme de la notion de développement n’est pas une démarche allant de soi. Si cette approche peut s’envisager à différents niveaux - celui de l’observation et de la problématisation des phénomènes liés aux drogues, celui des cadres référentiels et normatifs de traitement des drogues, enfin celui des processus de fabrique et de déploiement des politiques en matière de drogues, elle exige avant tout d’ajuster et de déplacer nos grilles de lectures des « produits » vers les « personnes », des « marchés » vers leurs « causes profondes » et leurs « maillages organisationnels».

A partir de travaux d’observations de terrains, ce troisième atelier propose ainsi d’aborder la question des constructions socio-économiques pouvant prévaloir à différents maillons de la chaîne illicite et partant, celle des implications méthodologiques et référentielles que ces dernières peuvent engendrer. Il interrogera les équilibres internes et les rôles de l’économie illicite des drogues du point de vue des personnes impliquées et affectées. Ce faisant, il s’agira d’une part d’identifier des facteurs communs d’entrée et d’installation dans les marchés illicites déclinés selon les différentes séquences et terrains de la chaîne illicite. D’autre part, une réflexion sera engagée autour des possibles ajustements des outils d’observations, de mesures et d’analyses de l’économie des drogues, et des implications en termes de traitement public.

lundi 22 février 2021 à partir de 16h

Le lien d’accès à la salle virtuelle sera disponible sur inscription.