By Ariel Guez - LCP

En matière de cannabis, l'Hexagone est l'un des rares États de l'Union européenne à ne pas encore avoir permis l'utilisation du THC, le principe actif de la plante, dans un but thérapeutique. L'Allemagne, l'Italie, ou encore l'Espagne l'ont fait. Et c'est parce que "la France est à la traîne" que Robin Reda (LR) et Jean-Baptiste Moreau (LaREM) veulent agir. Les deux députés, respectivement président et rapporteur général de la mission d'information parlementaire sur "la réglementation et l'impact des différents usages du cannabis", présentaient mercredi un rapport d'étape.

Cette mission d'information, commune à six commissions parlementaires, a été constituée en janvier 2020. Si les députés travailleront encore sur le sujet pendant quelques mois, ils proposent déjà dix mesures, adoptées à l'unanimité. Dix mesures, pas plus à ce stade, un moyen de rendre plus lisibles les travaux et les priorités de la mission, explique Jean-Baptiste Moreau.

Car il y a urgence, plaident les députés. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour l’année 2020, qui est entré en vigueur le 1er janvier dernier, prévoyait à travers l’un de ses articles qu'un décret devait rendre possible, pendant deux ans et pour 3.000 malades, l'expérimentation du cannabis thérapeutique. Mais neuf mois plus tard, ce décret n'a toujours pas été publié.

En juin 2020, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a indiqué que "le début de l'expérimentation, initialement prévu en septembre 2020, [était] reporté au plus tard en janvier 2021". Robin Reda, qui estime avec ses collègues que le gouvernement "n'a pas engagé une démarche assez volontariste", table sur "le début de l'année 2021, ce qui est déjà trop tard".