Alors que la société civile et des experts mondiaux se réunissent à Porto pour la 26eConférence internationale sur la réduction des risques, 334 ONG appellent la communauté internationale à s'attaquer à la crise mondiale actuelle en matière de santé et de droits humains affectant les usagers de drogues.

Les derniers chiffres sur l'épidémie du VIH, récemment publiés par l'ONUSIDA, sont alarmants. Alors que l'incidence mondiale du VIH a diminué de 25% entre 2010 et 2017, elle augmente chez les usagers de drogues injectables. En dehors de l'Afrique subsaharienne, les usagers de drogues injectables et leurs partenaires sexuels continuent de représenter environ un quart des personnes infectées par le VIH. À l'échelle mondiale, six personnes sur dix qui utilisent des drogues vivent avec l'hépatite C, alors que 168 000 usagers de drogues seraient décédés des suites d'une overdose rien qu'en 2015. 

Il reste à peine plus de dix ans pour respecter l'engagement de promotion de la santé et du bien-être, de réduction des inégalités et d’accès à la justice pour tous d'ici 2030, conformément aux objectifs de développement durable (ODD). Pour atteindre ces objectifs, il est urgent de renforcer le leadership politique à tous les niveaux.