Par Arjuna Andrade

Le Portugal a décidé, en 2001, de dépénaliser l'usage de toutes les drogues. Une décision qui a conduit à la baisse drastique du nombre de toxicomanes car elle a permis, en cessant de les considérer comme des criminels, à les replacer dans des logiques d'accompagnement et de soin.

Le Portugal a décidé de dépénaliser l'usage de toutes les drogues, de l’ecstasy au cannabis, en passant par  le crack, la coke et l’héroïne. C’est donc une décision très ambitieuse qui a été prise par le Portugal et qui semble aujourd’hui porter ses fruits.

Il faut dire que la drogue était devenue un enjeu de santé publique particulièrement urgent dans ce pays.Entre 1975 et le tournant des années 1990, la péninsule lusitanienne et particulièrement sa capitale, Lisbonne, étaient ravagés par l’omniprésence de la drogue et notamment de l’héroïne. Selon un rapport de l’Observatoire européen des drogues 1% des portugais étaient, en 1999, dépendants à l’héroïne, soit plus de 100 000 personnes. Sans parler des consommateurs occasionnels et des accrocs à d’autres substances.

La réponse du pouvoir portugais a donc été, dans un premier temps, d’étendre et de renforcer la répression sur les consommateurs en leur infligeant de sévères peines de prison. A la fin des années 1990, les cellules portugaises étaient ainsi remplies pour moitié de détenus issus de cette guerre à la drogue.