Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a lancé aujourd'hui un nouveau modèle de financement qui lui permet d'investir de façon plus stratégique, d'obtenir des résultats plus marqués et d'assurer une participation plus efficace des maîtres d'œuvre et des partenaires.

Avec ce nouveau modèle de financement, les pays qui mettent en œuvre les subventions disposent d'une plus grande souplesse pour décider du moment où ils souhaitent solliciter des crédits. Du reste, ils peuvent mieux prévoir les fonds disponibles, tout en se voyant encouragés à exprimer clairement le montant de financement dont ils ont besoin pour traiter et prévenir efficacement le VIH et le sida, la tuberculose et le paludisme.

Jusqu'à 1,9 milliard de dollars US disponibles en 2013 et 2014.

Cette année, le Fonds mondial a invité des programmes nationaux de lutte contre des maladies à solliciter un financement sur la base d'une série de critères, à savoir : 1) être en mesure d'obtenir un impact rapide ; 2) être confronté à des interruptions de services ou 3) obtenir actuellement moins de crédits que ce à quoi le pays aurait pu prétendre en vertu des principes d'allocation du nouveau modèle de financement.

Six pays et trois programmes régionaux sont invités en tant que « candidats de la première phase. Ces pays - Zimbabwe, Salvador, Myanmar, République démocratique du Congo, Kazakhstan et Philippines - pourront disposer de nouveaux crédits pour un total de 364 millions de dollars US et peuvent également solliciter des fonds supplémentaires destinés à encourager des investissements et des cofinancements ambitieux ayant un impact marqué.

Cliquez ici pour lire l'integralité de l'article.

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.