By Pierre-Arnaud Chouvy

Face à la dynamique internationale de légalisation du cannabis et à un marché de plus en plus compétitif, le Maroc, producteur majeur illégal de haschich, dispose d’avantages comparatifs qui doivent être identifiés et valorisés dans l’éventualité, probable, d’une légalisation.

Cet article défend, sur la base de données botaniques, agronomiques et sémantiques, l’idée selon laquelle la variété de cannabis kif qui est cultivée au Maroc est une variété de pays et est, à ce titre, la plus adaptée à l’environnement naturel du Rif et donc celle la plus à même de pouvoir continuer à y être cultivée dans le contexte de raréfaction croissante des ressources en eau de la région.

Le texte propose ensuite de valoriser la culture du kif en reconnaissant à ses produits dérivés la qualité de produits du terroir, en leur attribuant des appellations d’origine protégée (AOP), et en favorisant une agriculture biologique et équitable garante d’une stabilité régionale précieuse.