Harm Reduction International, l'Alliance internationale contre le VIH/Sida et l'International Drug Policy Consortium ont lancé une étude mettant en évidence la crise de financement des programmes de réduction des risques liés au VIH / Sida.

Il ne peut y avoir de génération "libre du sida" sans efforts ciblés avec et pour les personnes qui s'injectent des drogues. Pourtant, le financement de la réduction des risque tombe dangereusement à court selon ses besoins estimés. Même si cela était déjà le cas pendant un certain temps, la situation semble se détériorer avec l'évolution des politiques des donateurs et serait l'oubliée des gouvernements nationaux.

Cette incapacité à investir apportera une augmentation exponentielle de la transmission du VIH qui, à son tour, entraînera des coûts supplémentaires pour les secteurs de la santé du gouvernement.

Ce rapport examine les engagements des donateurs internationaux ainsi que les investissements nationaux en matière de réduction des risques. Il appelle les donateurs internationaux, les gouvernements nationaux et les agences des Nations Unies à prendre des mesures concrètes pour résoudre cette crise de financement.

Lire le rapport:

Regarder une vidéo présentant les informations clés du rapport lors de la Conférence Internationale sur le sida (en Anglais):

Lire un infographique sur les données relatives à la réduction des risques à travers le monde (en Anglais):

Source: http://www.ihra.net/contents/1451

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.