La revue Science porte un regard critique sur les conséquences de la guerre contre la drogue à visée prohibitionniste menée par les Etats-Unis. Ce sont l’intensification des trafics et la déforestation qui interpellent les auteurs de cet article.

Si la disparition des forêts du corridor biologique mésoaméricain était jusqu’alors attribuée à la faiblesse des gouvernements, à des régimes conflictuels, à une pauvreté endémique, au changement climatique ou à encore l’expansion de l’agrobusiness, le trafic de drogues constitue à lui seul une nouvelle menace participant à l’intensification de cette déforestation.

Les raisons d’un tel phénomène ? Les forêts disparaissent au profit de circuits de trafic de drogues clandestins. Le trafic fragilise des frontières gouvernementales déjà affaiblies en y immisçant drogues et important flux d’argent. Des « narco-domaines » (« narco-estates ») prospèrent qui transforment les forêts en espaces de plantations gérés par des organisations de trafiquants.

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.