La consultation sur la réglementation juridique du cannabis à usage non médical et non scientifique entre l'Allemagne, Malte, les Pays-Bas et le Luxembourg a eu lieu au Château de Senningen le 15 juillet 2022.

La conférence a commencé par une présentation générale d'Alexis Goosdeel, directeur de l'Observatoire européen pour les drogues et toxicomanies (OEDT), sur les politiques de l'Union européenne et les données les plus récentes disponibles en matière de cannabis. Les représentants des pays participants ont ensuite fait de brèves présentations sur leur situation nationale respective et les principaux objectifs des réglementations prévues en la matière.

Par la suite, il y a eu trois sessions:

  • deux sur le droit international et européen
  • une sur les opportunités et défis pour l'évaluation scientifique des objectifs des politiques de santé publique et de sécurité publique dans le contexte du droit international et européen.

Une déclaration conjointe a pu être adoptée par l'Allemagne, Malte et le Luxembourg, que vous trouverez en annexe du communiqué.

Paulette Lenert s'est montrée très satisfaite des discussions: "Je suis convaincue qu'il faut un changement de paradigme en matière de politique concernant le cannabis, qui devra être basée sur la responsabilité première d'adopter une approche cohérente, équilibrée et fondée sur des preuves, visant à obtenir le résultat le plus bénéfique pour la société. L'adoption de ces nouvelles politiques publiques, mettant l'accent sur la prévention et la réduction des risques et des dommages par la réglementation plutôt que par la répression et les mesures coercitives, nous pose de nouveaux défis aux niveaux international et européen, que nous avons abordé de manière constructive lors de notre consultation."

Sam Tanson: "Près d'un demi-siècle après l'entrée en vigueur de notre loi établissant la pénalisation des comportements liés aux drogues, à savoir la loi du 19 février 1973 concernant la vente de substances médicamenteuses et la lutte contre la toxicomanie, le Luxembourg mène toujours une politique en matière de drogues axée principalement sur la répression. Cependant, comme le montrent nos statistiques, l'échec de cette approche ne peut être nié, et le moment est venu pour développer une nouvelle approche, basée sur le dialogue avec les Etats qui ont fait le même constat et les institutions européennes et internationales."

Communiqué par le ministère de la Santé et le ministère de la Justice