Par Le Matin

Au moins 120 mineurs, de 1 à 17 ans, ont été tués par la police ou des tueurs masqués dans la guerre contre la drogue lancée en 2016 par le président philippin, a indiqué lundi une ONG contre la torture basée à Genève.

Il ne s’agit que de «la partie émergée de l’iceberg, il est probable qu’il y en ait beaucoup d’autres», a relevé le secrétaire général de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), Gerald Staberock, lors d’une conférence de presse virtuelle.

«Nous parlons ici d’exécutions directes d’enfants», s’est-il indigné, ajoutant: «Pensez à George Floyd (…). Imaginez que vous auriez vu ces 122 cas à la caméra, imaginez le tollé que cela aurait provoqué».

Le président Rodrigo Duterte a lancé une campagne sans merci contre le trafic de drogue, encourageant la police, au plus haut niveau, à tuer les trafiquants de drogue présumés. Le rapport de l’OMCT documente 122 meurtres d’enfants entre juillet 2016 et décembre 2019, dans tout le pays.