Par Augustine Passilly

Neuf pays africains pourraient prochainement légaliser le cannabis. L’Afrique du Sud, le Zimbabwe, le Lesotho, le Nigeria, le Maroc, le Malawi, le Ghana, l’Eswatini (ex-Swaziland) et la Zambie pourraient choisir cette option d’ici à 2023, si l’on en croit le dernier rapport de Prohibition Partners, un groupe de réflexion qui milite à coup d’études et de statistiques pour une large dépénalisation de cette drogue.

Sur le continent, le Lesotho a fait figure de précurseur, s’imposant comme le premier à réguler le cannabis à usage médical dès 2008. Dix ans plus tard, le Zimbabwe lui a emboîté le pas, légalisant sa culture, avant qu’en septembre de la même année l’Afrique du Sud autorise, elle, la consommation privée entre adultes.

Le groupe de réflexion s’arrête largement sur le potentiel économique d’une telle plante pour un continent qui en produit déjà 38 000 tonnes par an, sans profiter de la plus-value de sa commercialisation. « Dans aucune autre région du monde, l’industrie du cannabis n’affiche une telle contradiction, en termes de rapport entre production et légalité », estiment les auteurs du rapport, avant de se lancer dans des projections chiffrées.