Un groupe interpartis genevois a proposé jeudi de dépénaliser le cannabis via un système associatif qui accorderait jusqu'à 2 grammes de drogue journaliers aux différents membres.

Plusieurs élus genevois, issus de différents partis, et l'Université de Genève ont présenté jeudi un projet pour dépénaliser le cannabis. La proposition prévoit la mise en place d'une association de 200 membres qui veillerait sur 600 plants de chanvre. Jusqu'à deux grammes journaliers seraient accordés à chaque personne.

Enrayer le deal

Le but du "Cannabis social club" vise à enrayer le deal de rue et diminuer les frais liés à la chasse aux fumeurs de joints. A noter que la répression coûte quelque 200 millions par an pour traquer les 130 tonnes de cannabis consommées chaque année.

Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’article.

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.