Un certain nombre de pays d'Afrique de l'Ouest envisagent, ou sont déjà en train, de revoir leurs lois relatives aux drogues. Il est de plus en plus reconnu que les lois actuelles de contrôle des drogues sont un échec et ont provoqué des coûts importants. Il est temps de s'orienter vers des approches plus humaines et plus équilibrées. Selon le Directeur exécutif de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) : « Il est important de réaffirmer l'esprit original des conventions, en mettant l'accent sur la santé. Les conventions ne consistent pas à mener une « guerre contre la drogue » mais à protéger la « santé et le bien-être de l'humanité ».

Le but principal de cette Loi type sur les drogues est de répondre à ce besoin de réforme, en fournissant des dispositions législatives et des commentaires qui incorporent les obligations destrois traités des Nations Unies sur le contrôle des drogues. La loi type tient compte également des résultats et des engagements de la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies de 2016 sur le problème mondial de la drogue, du Plan d’action de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour la lutte contre le trafic illicite de drogues, la criminalité organisée et l’abus de drogues en Afrique de l’Ouest (2016-2020). Enfin, elle incorpore les preuves existantes d'efficacité, de la nécessité d'une plus grande harmonisationdes lois sur les drogues au niveau régional et des lacunes actuelles de la législature.