Les partenaires dans le secteur de la santé internationale ont donc décidé d’unir leurs forces pour riposter à ces maladies. La collaboration, la mise en commun de nos ressources et de nos compétences, et la participation des personnes touchées par les maladies, de la société civile, du secteur privé et des autorités publiques, nous ont permis d’accomplir des progrès qui ont largement dépassé nos espérances.

Néanmoins, il est encore trop tôt pour se réjouir. Nous n’en sommes qu’à mi-chemin et il nous faut encore relever des défis considérables dans le domaine de la santé internationale. Ainsi, en Afrique australe, les adolescentes contractent le VIH à un rythme dramatique. La co-infection tuberculose/VIH gagne du terrain, tout comme la tuberculose multirésistante. Les acquis obtenus dans le combat contre le paludisme pourraient être perdus si nous n’intensifions pas les programmes de prévention et de traitement.

Nous devons nous concentrer sur plusieurs domaines-clés, notamment en portant une attention particulière aux adolescentes et aux femmes, en assurant la promotion des droits de l’Homme et en mettant en place de systèmes résistants et pérennes pour la santé.

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.