Donner un logement stable aux individus sans domicile familiers des dispositifs d’hébergement d’urgence permet une prise en charge plus efficace et moins couteuse pour venir à bout des pathologies psychiatriques et/ou usages problématiques de substances fréquemment associées. C’est ce que suggère l’évaluation d’un programme canadien, le Hamilton’s transition to home program ayant été suivi par 160 participants et proposant outre une aide au logement, des loisirs thérapeutiques et un accompagnement spécifique pour les personnes en situation de dépendance.

Lire l’intégralité de l’article (en Anglais).

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.