Un groupe de chercheurs états-uniens et canadiens ont étudié les données fournies par sept programmes gouvernementaux de surveillance du marché desdrogues illicites. Leur conclusion est sans appel : la lutte internationale menée contre l'héroïne, la cocaïne ou le cannabis n'a pas du tout réussi à endiguer l'offre, bien au contraire.

Publiée mardi 1er octobre dans la revue médicale britannique British Medical Journal (BMJ), l'étude portait sur trois programmes qui concernaient le traficinternational de la drogue, trois qui portaient uniquement sur les Etats-Unis et le dernier sur l'Australie.

En comparant la situation aux Etats-Unis en 1990 à celle de 2007, les chercheurs ont découvert que les prix – ajustés en fonction de l'inflation – de l'héroïne, de la cocaïne et du cannabis avaient baissé de plus de 80 % (respectivement 81 %, 80 % et 86 % en fonction des programmes), alors que dans le même temps la pureté de ces drogues s'était fortement accrue : 6 % pour l'héroïne, 11 % pour la cocaine et 161 % pour le cannabis. En Australie, le prix de la cocaine a baissé de 14 % entre 2000 et 2010, contre une baisse de 49 % pour l'héroïne au cours de la même période.

Lissez ici l'integralité du article. 

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.

Le rapport est disponible ci-dessous en Anglais.