Contexte

La déclaration politique de  2009 avec son plan d'Action exposent 2019 comme la date clé "pour les États en vue d'éliminer ou réduire significativement et de façon mesurable" l'offre et la demande de drogues illicites, la diversion et le trafic ainsi que  le blanchiment d'argent. L'ONU lui-même affirme  que ces objectifs sont inaccessibles et d'ailleurs dans le rapport mondial sur les drogues de 2017, l' UNODC confirme que le "marché de la drogue prospère". Bien que la session extraordinaire de l'assemblée générale des nations unies sur les problemes de drogues (UNGASS) de 2016ait contribué aux débats sur l'avenir du régime de contrôle international des drogues, un véritable processus de révision reste une tâche en attente.

Dans la résolution 60/1 de la CND, les États membres ont décidé que le segment ministériel sera le moment adéquate pour "faire le bilan des engagements mis en oeuvre pour lutter contre le problème des drogues au niveau mondial, et ce particulièrement en cette date butoir de 2019".

Le segment ministériel est attendu pour prendre place en mars 2019, avec un nombre important de thématiques débattues autour de tables rondes ainsi qu'un forum avec la société civile dans le but de favoriser le dialogue dans ces discussions cruciales.

L'engagement de la société civile sera canalisé par l'intermédiaire du groupe de travail sur la société civile (Civil Society Task Force), une initiative conjointe des comités d'ONG de New York et de Vienne.

Le réseau de l'IDPC a produit une série d'«Interrogations» sur les préparatifs et les procédures du segment ministériel de 2019.