Le Monde avec AFP

Les initiatives les plus controversées du président philippin ne seront plus bloquées. Les alliés de Rodrigo Duterte ont pris le contrôle du Sénat lors des élections de mi-mandat, offrant au chef d’Etat la dernière institution qui résistait encore à ses mesures, selon les résultats officiels annoncés mercredi 22 mai.

Le Sénat, qui compte vingt-quatre membres et est renouvelé par moitié tous les six ans, est traditionnellement considéré comme plus indépendant face au pouvoir exécutif que la chambre basse du Parlement. Il l’a encore prouvé en jouant depuis trois ans un rôle crucial pour bloquer certaines des initiatives les plus controversées du bouillant président.

Or les partisans de M. Duterte ont raflé neuf des sièges de sénateurs qui étaient remis en jeu lors des élections du 13 mai, les trois autres ayant été gagnés par des candidats indépendants, ont annoncé mercredi les autorités électorales. L’opposition ne contrôle plus que quatre sièges. Les partisans du président sont également majoritaires à la chambre basse.