Par Groupement Romand d'Etudes des Addictions

Dans une missive aux partenaires du réseau addictologique du canton de Vaud, l'Office du médecin cantonal annonce que les effets bénéfiques de tels programmes ne sont plus à démontrer.

Les essais cliniques réalisés dans sept pays et portant sur près de 2'000 personnes ont en effet montré une amélioration de la santé, des conditions de vie et de l'insertion sociale des patients. Les programmes permettent un traitement associé à la réduction des risques. La mortalité et la transmission de maladies infectieuses diminuent. Au bénéfice du programme à la Policlinique d'addictologie du Département psychiatrique du CHUV, les patients qui présenent un syndrome de dépendance sévère et pour lesquels les traitements de première ligne n'ont pas permis une stabilisation.

C'est avec le Dr Olivier Simon, médecin responsable de cette consultation, que les situations sont discutées.