Open Society Foundations (OSF) sollicite des organismes non-gouvernementaux (ONGs) pour de l’information sur des initiatives de travail conjoint avec la police pour améliorer la santé et les droits humains des travailleurs-euses du sexe et/ou usagers-ères de drogues. Nous recherchons spécifiquement des projets basés dans des pays à faible ou moyen revenu (http://chartsbin.com/view/2438). Les représentant-e-s de huit projets seront invité-es à participer à un colloque à Sydney, Australie en novembre 2012 et les projets sélectionnés seront présentés dans une publication internationale. Le colloque aura pour but de promouvoir le développement d’une «communauté de pratiques» pour échanger de l’information et favoriser la collaboration entre ONGs et forces policières pour améliorer la santé et les droits humains des groupes mentionnés.

OSF cherche des projets ayant une approche basée sur les droits humains; dirigés par les travailleurs-euses du sexe et usagers-ères de drogues ou dans lesquels ces derniers-ères sont impliqué-es de façon significative; engagés à travailler avec les forces de l’ordre et ayant des impacts positifs démontrables sur les attitudes et pratiques policières ou les politiques reliées à l’intervention policière. Les interventions touchées peuvent inclure, mais ne sont pas limitées à:

  • Développer et mettre en pratique des outils pour former la police;
  • Concevoir des méthodes pour assurer l’accès à des services lors qu’en détention policière;
  • Travailler avec la police pour développer et mettre en pratique des outils pour surveiller les abus policiers (physiques, sexuels, psychologiques) à l’encontre de groupes criminalisés;
  • Cultiver des équipes de policiers-ères allié-es et développer leurs capacités en tant que pairs et agents multiplicateurs au sein des forces de l’ordre et personnes-ressources for les groupes de travailleuses-eurs du sexe et usagers-ères de drogues;
  • Négocier l’accès aux services de protection policière pour les travailleurs-euses du sexe et usagers-ères de drogues quand elles ou ils sont victimes de crime, incluant de la part de policiers-ères;
  • Ou développer des lois, politiques ou protocoles officiels concernant le comportement des policiers-ères envers les groupes criminalisés.

Les soumissions doivent être écrites ou enregistrées (audio ou audiovisuel) en Anglais et envoyées à Anna-Louise Crago à annalouisecrago@gmail.com avant 17h (heure de l’est) vendredi, le 3 août 2012. Les finalistes seront interviewé-es par téléphone ou par Skype. Toutes les soumissions doivent inclure les informations suivantes:

  • Personne contact
  • Pays
  • Nom de l’organisme ou du groupe
  • Position dans l’organisme de la personne contact
  • Information contact (courriel, téléphone et/ou Skype)
  • Description de l’initiative en moins de 1000 mots, incluant les points suivants:
  1. Où et quand est-ce que le projet a été commencé?
  2. Pourquoi est-ce que le projet a été commencé? À quel problème est-ce que le projet voulait répondre?
  3. Quels étaient les principaux organismes et qui étaient les principaux individus qui ont mis sur pied le projet?
  4. Quelles ressources ont été utilisées pour appuyer ce travail?
  5. Y a-t-il quelqu’un-e dans les forces policières avec les lesquelles vous avez travaillé qui serait disposé-e à parler du projet de sa perspective?
  6. Quel impact est-ce que le projet a eu sur la vie des travailleurs-euses du sexe et/ou usagers-ères de drogues? S’il-vous-plaît soyez aussi précis que possible.
  7. Y a-t-il eu une entente de coopération formelle entre la police et les travailleuses-eurs du sexe et/ou usagers-ères de drogues? Si oui, s’il-vous-plaît décrire l’arrangement qui a été pris.
  8. À quels défis avez-vous fait face et qu’avez-vous fait pour les surmonter?
  9. Y a-t-il eu des retombées négatives du projet? Par exemple, est-ce que vos employé-es ou participant-es ont eu des menaces ou vécu de l’abus policier en raison de leur implication dans le projet?
  10. Avez-vous essayé des approches qui n’ont pas fonctionné? Si, oui quelles étaient-elles et pourquoi pensez-vous qu’elles ont échoué?
  11. Quel est l’avenir de ce projet?
  12. Quelles ressources non-financières pourraient appuyer votre travail avec la police?
  13. Y a-t-il quelqu’un-e du projet qui parle couramment l’anglais?

Abonnez-vous à l'Alerte mensuelle de l'IDPC pour recevoir des informations relatives à la politique des drogues.